Retour au blog
28 Avr

Sommet en dix ans pour les mises en chantier résidentielles

Nouvelles hypothécaires

Publié par: Frederic Pichette

Emmanuel Martinez | Agence QMI – Agence QMI| Publié le – Mis à jour 

Le nombre de mises en chantier résidentielles a atteint son niveau le plus élevé en dix ans dans la région de Montréal pour un premier trimestre, selon les données de la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL), publiées lundi.

La construction d’un peu plus de 5000 habitations a été entamée dans la région de la métropole, une hausse de 14 % par rapport au premier trimestre de 2018. Il s’agit de la meilleure marque depuis le premier trimestre de 2008.

«Ce rythme d’activité élevé s’explique par la construction importante d’appartements, plus particulièrement dans le segment locatif, puisque le segment de la copropriété affichait une baisse. Les faibles taux d’inoccupation, le vieillissement de la population et la proportion accrue de jeunes ménages qui optent maintenant pour le marché locatif continuent de stimuler les mises en chantier d’unités locatives», a affirmé la SCHL par communiqué.

L’organisme fédéral a aussi noté que les mises en chantier ont bondi à Gatineau au premier trimestre avec une hausse vertigineuse de 105 % par rapport à la même époque l’an dernier. Encore là, c’est le marché locatif qui stimule la construction, avec le vieillissement de la population et le faible taux d’inoccupation en toile de fond.

Augmentation des ventes et des prix

Par ailleurs, le nombre de ventes a augmenté de 1 % en mars dans la région de Montréal par rapport au même mois l’an dernier, d’après les chiffres publiés lundi par l’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec. Il s’agit d’une 49e hausse mensuelle consécutive. Saint-Jean-sur-Richelieu (+21 %), la Rive-Sud (+ 7 %), la couronne nord (+5 %) et Vaudreuil-Soulanges (+ 4 %) ont connu des augmentations, tandis que Montréal (- 6 %) et Laval (- 1 %) ont vu le nombre de ventes décliner par rapport à la période correspondante l’an dernier.

Au chapitre des prix médians, les unifamiliales ont gagné 5 %, les propriétés ont grimpé de 3 %, tandis que celui des plex est demeuré stable.

Le nombre de propriétés à vendre a diminué de 15 % en mars par rapport au même mois en 2018, pour s’établir à 22 430 dans la grande région montréalaise. Ceci avantage donc les vendeurs.